Il n'y a aucun objet dans votre panier.

Dominique Grange

Dominique Grange

 

 

Dominique Grange rencontre Paul Bessone en 2007 afin qu’il l’aide à récupérer des droits sur ses œuvres. Sans abandonner cette première mission (qui finira par aboutir en 2011) et puisque Dominique Grange est une chanteuse engagée à perpétuité, il lui conseille alors d’utiliser toute son énergie pour de nouveaux projets. Un peu comme en Mai 68 où, armée de sa guitare, elle chantait dans les usines occupées, en soutien aux ouvriers en grève. Dominique Grange est toujours « l’auteure-compositeure » qui incarne la chanson d’expression contestataire.

Dans les mois qui suivent cette rencontre, Dominique Grange enregistre pour Juste Une Trace «1968-2008… N’effacez pas nos traces !». Tardi décide d’en faire une superbe mise en image intégrale à la gouache qui sera publiée aux Éditions Casterman avec l'album. Une véritable œuvre de collaboration entre Dominique Grange et Tardi prend forme et plusieurs concerts sont organisés, avec une projection simultanée des images, notamment au Café de la Danse et au Festival Pop Montréal.
 
L’année suivante, sur le même modèle, Dominique Grange enregistre l’album « Des Lendemains Qui Saignent ». L'album sera également publié aux Éditions Casterman avec des dessins originaux de Tardi et des textes de l’historien Jean-Pierre Verney. Un spectacle, avec une projection simultanée des images, sera présenté à la Bibliothèque Nationale du Québec et au Musée de la Civilisation de Québec.
En 2010, Tardi rejoint Dominique Grange sur scène : il lit des extraits poignants de textes sur la Grande Guerre. Une représentation est notamment organisée à Craonne pour commémorer le début de l’offensive de 1917 sur le Chemin des Dames.

Peu après, Paul propose à Dominique de réunir dans un album des enregistrements d’origine de ses chansons contestataires, pour certaines inscrites dans la mémoire collective, et qu’elle interprète depuis un demi-siècle. « À bas l’État policier ! », « Les Nouveaux Partisans » , « Gueule Noire » et plusieurs autres de ses hymnes sont enfin rééditées en 2013 dans « Notre Longue Marche ». En 2016, « Le Dernier Assaut », album consacré à la Première Guerre Mondiale, est réalisé avec les musiciens d'Accordzéâm.
 
Dominique Grange ne change pas de cap. Elle chante les révoltes d'aujourd'hui, la prison, l'exil, l’exploitation, l'exclusion… Ses chansons sont autant de petits cailloux  rouges et noirs indiquant les chemins à suivre vers L'utopie toujours.