Juste une Trace

ACTUS

Entretien avec Jay Ryan sur les Travailleurs Essentiels

Jay Ryan a tenu à rendre hommage aux personnes en première ligne durant la pandémie. Des personnes qui risquent leur propre santé pour l’intérêt collectif, des travailleurs essentiels. Avec l’aide du compositeur Stéphane Missri, il présente cette chanson extraite de l’album LE COEUR SEC de JAY AND THE COOKS.

Pour écrire Travailleurs Essentiels, Jay Ryan s’est inspiré d’histoires vraies, d’informations publiées dans la presse. Jay est un fidèle lecteur du journal Le Monde, du New York Times et du journal Le Parisien. C’est dans ce dernier qu’il a découvert l’histoire d’Aïcha, caissière dans un supermarché, décédée 3 semaines après avoir contracté le virus. Jay parle aussi et bien évidemment du personnel soignant. Il se sent proche de lui. Du reste, sa sœur comme sa mère travaillent dans la santé à Austin (Texas).

Jay consacre un couplet au docteur Haza, médecin fraîchement retraité, décédé des suites du virus après avoir décidé de retourner au travail pour aider les malades. Il nous parle aussi de Jason, encore une histoire vraie, celle du chauffeur de bus qui a protesté contre le port obligatoire du masque dans les transports en commun, puis qui est mort contaminé.

Lors d’un entretien avec l’auteur, ce dernier s’excuse presque de la lourdeur de ses paroles, de la noirceur de sa chanson. Mais le texte a été écrit à partir d’histoires réelles. La chanson aurait pu comporter 20 couplets, des centaines de couplets.
Jay fait également allusion à Donald Trump et son administration, qui refusaient que les gens contaminés arrêtent de travailler. Il nous explique avec dégoût comment des deals sont passés entre industriels, sur les terrains de golf, dénonçant au passage l’industrie agro-alimentaire.

Il est tout à fait intéressant aussi de découvrir que Jay Ryan a créé cette chanson comme on en créait dans les Appalaches durant les années 20. L’auteur nous explique qu’à cette époque, les producteurs new-yorkais avaient pris connaissance de leur musique et cherchaient du contenu à produire et à vendre. Les musiciens composaient alors de très nombreuses chansons pour l’argent et avaient donc besoin de nouvelles histoires à raconter. Du coup, ils ouvraient le journal et écrivaient des paroles à partir de faits divers relatés.

Hommage aux Travailleurs Essentiels

Vidéo simple et poignante réalisée par Mirkô Lafrenière, à partir de dessins de Xavier Delaunoy (XD), du le titre TRAVAILLEURS ESSENTIELS qui figure sur l’album LE COEUR SEC de JAY AND THE COOKS.

Il suffit de regarder pour comprendre. Des explications de Jay Ryan, auteur des paroles, sont publiées le 23 mars 2021.

https://youtu.be/s8TFaeZwoac

Paroles de Jay Ryan
Musique de Stephane Missri
Éditions Amoc

TRAVAILLEURS ESSENTIELS est sur l’album LE COEUR SEC qui sort le 30 avril 2021 mais qui est disponible en direct dès à présent dans notre boutique.

Double récompense pour Night Bus !

Gary Brunton annonce l’arrivée imminente de SECOND TRIP pour Night Bus . Le nouvel album enregistré au Studio Sextan en décembre est en cours de finalisation. Sa sortie est programmée pour le 30 avril 2021.

On retrouve évidemment Gary Brunton (contrebasse), Bojan Z (piano), Simon Goubert (batterie) et de belles surprises… notamment avec François Jeanneau à la direction artistique.

Les bonnes surprises n’arrivent jamais seules. Peu après avoir initié la production du deuxième album, Juste Une Trace est aussi récompensé. Le magazine américain DownBeat vient de publier sa sélection des meilleurs albums 2020… et Night Bus, premier album du trio, est dans le top ! À noter que c’est le seul album «made in France» à en faire partie !

À partir d’une entrevue avec Paul Bessone (directeur de Juste Une Trace), Gary Brunton présente Second Trip de Night Bus en 5 épisodes de 3 minutes chacun, dans un format bien sympathique. Le montage vidéo a été confié au réalisateur Mirkö Lafrenière.

Pour en savoir plus sur SECOND TRIP, il vous suffit de regarder les 5 épisodes, dans l’ordre ou dans le désordre ! (vidéos ci-dessous)

Le Jazz, une énergie pure et renouvelable

Nous sommes dans les années 80. Le compositeur et musicien Georges Beckerich garde des souvenirs très forts de ses premières années d’initiation au jazz, de cet apprentissage d’une musique qui lui est tout de suite apparue comme essentielle, existentielle.

Georges Beckerich a fait ses premiers pas dans la classe de jazz du Conservatoire de Marseille dirigée par Guy Longnon. Son premier rendez-vous avec lui était surréaliste. Il nous le raconte.
« Je me retrouve devant un petit bâtiment en métal, avec un toit en tôle ondulée, comme un préfabriqué de chantier, au milieu de la cour. Guy est en retard. Quand il arrive et ouvre la salle, je vois des instruments de musique, batterie, amplis, piano au centre. Sous le piano, une flaque d’eau. Et dans la flaque d’eau, un rat mort, pattes en l’air, sur le dos. Nous sommes plusieurs à passer l’audition d’entrée. Au moment où Guy m’appelle, le verre de ma montre explose…si c’est cela l’enfer, je veux bien y aller ! »

Georges Beckerich exprime très clairement les raisons de son attrait pour le jazz et les musiciens sont nombreux à penser comme lui. Voici ses principales sources de motivation que nous partageons avec le plus grand nombre :

  • – avoir la liberté d’agir sur tous les aspects harmonique, rythmique et mélodique,
  • – définir de nouvelles règles en fonction des « climats » des standards,
  • – écouter les autres musiciens et être écouté par eux seconde après seconde,
  • – inventer, composer, arranger et toucher des instants de grâce où l’improvisation individuelle ou collective nous amène à une complicité et une complémentarité artistique qui aiguise tous les sens. En pleine conscience !

Pour Georges Beckerich, le Jazz, c’est de l’énergie pure et renouvelable.

  • Vous voulez nous joindre ?

    pour votre projet, pour avoir des informations, pour un partenariat ...