Juste une trace

Que reste-t-il de nos amours ?

Que reste-t-il de nos amours ?

Il suffit de quelques notes pour reconnaître « Que reste-t-il de nos amours ? ». Charles Trenet a 29 ans lorsqu’il écrit cette chanson qui deviendra aussi un standard de jazz.

Trenet 1Nous sommes en 1942 et pour certains, la vie continue. C’est toujours particulier de découvrir que le « fou chantant », à l’occasion d’un concert en Allemagne, est resté seul « deux minutes avec Hitler ». Il dira « c’est là que je me suis aperçu que sa moustache ne poussait pas verticalement mais horizontalement »… Edith Piaf et Tino Rossi étaient aussi à l’affiche de ce concert.

Mais « Que reste-t-il de nos amours ? » est avant tout une ballade intemporelle, une merveilleuse chanson d’amour. Selon Boris Vian, « Les chansons de Trenet vieillissent admirablement parce qu’elles sont légères : gaies ou tristes, elles manifestent toujours le goût aérien qui est la marque du fou chantant. Rien en elles qui pèse ou qui pose – comment se laisseraient-elles atteindre par le temps ? » (juin 1954 – Arts n°469).

Avec délicatesse, profondeur et sincérité, Radiosax nous livre une version mélancolique de la chanson. Bien évidemment, les paroles sont absentes mais l’arrangement écrit par Philippe Chagne permet d’entrevoir l’ombre d’un crooner. À la fois graves et sensuelles, les notes se succèdent lentement et recomposent avec simplicité cette mélodie connue de tous. Les solistes sont Baptiste Herbin et Olivier Defays.

 Que reste-t-il de nos amours ?  par Radiosax est sur l’album « Chansons et Sons d’Anches ».

  • Vous voulez nous joindre ?

    pour votre projet, pour avoir des informations, pour un partenariat ...