Juste une trace

En streaming pour vous faire plaisir

En streaming pour vous faire plaisir

Si vous ne voulez surtout pas dépenser d’argent pour acheter de la musique, en cherchant un peu et en vous tournant des fois sans le savoir du côté obscur de la force, vous trouverez des albums gratuits entièrement disponibles sur internet.

Par Paul Bessone

Si les albums sont mis en ligne consciemment et d’un commun accord entre les artistes, les auteurs, les compositeurs et les producteurs, cela ne pose pas de problème. Après tout, ils peuvent offrir ce qui leur appartient.

Photo Edith Gaudy
L’Âge d’Airain (Rodin) – Photo Edith Gaudy

Mais ils ne sont pas les seuls à donner de la musique. D’autres le font à leur place sans respect ni contrepartie, rarement par erreur ou ignorance. Dans ce cas, les albums sont mis en ligne, compressés, diffusés et distribués par des pilleurs, des voleurs et des arnaqueurs.  La musique est un bel hameçon et les truites en raffolent ! Vous verrez des publicités qui n’ont rien à voir avec les compositions musicales et l’univers des artistes. Vous inviterez peut-être des hackers dans votre maison. Ils pourront même vous transmettre des virus, des boutons ou autres infections après vous avoir subtilisé vos mots de passe.

Plus sérieusement, lorsque vous écoutez en streaming un de nos enregistrements, avec ou sans abonnement, c’est normalement parce que nous donnons préalablement une autorisation à l’opérateur du service que vous utilisez. Même principe pour le téléchargement. En échange, l’opérateur s’engage à nous rétribuer pour chaque diffusion puisqu’il vous vend toujours quelque chose. Pour les comptes, nous devons lui faire aveuglement confiance car nous n’avons quasiment aucun moyen de vérifier vraiment et sans intermédiaire ce qui se passe. Nous constatons simplement ce que nous recevons des plateformes dites légales.

Photo Edith Gaudy
L’Âge d’Airain (Rodin) – Photo Edith Gaudy
Au final, même en cas de succès,  nous nous demandons toujours comment naviguer et évoluer dans un système où les modèles économiques ne prévoient qu’un partage de «micromiettes».

Pourtant, nous acceptons leurs conditions. Mais c’est uniquement pour vous faire plaisir et participer à la «révolution numérique», à cette grande et longue marche forcée vers le tout connecté, vers le tout disponible partout et tout le temps. Les artistes renommés obtiennent des millions d’écoutes en streaming, quelques milliers d’euros ou de dollars sur leurs comptes en banque. Même s’ils rouspètent de temps en temps au regard des faibles revenus générés par ce mode de consommation, ils ne renoncent pas au référencement sur les plateformes de streaming, ils ne limitent pas l’écoute intégrale de leurs albums.

Ces artistes à succès ne veulent pas sanctionner leurs fans et risquer de ternir leur image.  On doit pouvoir les écouter partout. C’est un peu normal quand on voit les sommes que ces mêmes fans dépensent déjà pour assister à leurs concerts.

Photo Edith Gaudy
L’Âge d’Airain (Rodin) – Photo Edith Gaudy

Il y en a aussi parmi eux qui prennent des abonnements afin de tout écouter en «illimité sans pub» pour une centaine d’euros ou dollars par an. Ceux-là ont encore plus l’impression de payer pour la musique. En fait, ils payent un service et les artistes, comme la grande majorité des producteurs, ne sont que symboliquement rétribués.

Si vous n’avez vraiment pas les moyens d’acheter nos albums, nous mettons généralement quelques titres en ligne gratuitement, à votre disposition, pour assurer la promotion des projets que nous portons. Écoutez les et parlez en. Ce sera votre façon de nous renvoyer l’ascenseur.  Vous pouvez créer votre propre playlist et la diffuser sans modération sur les réseaux sociaux.

Vous êtes de véritables programmateurs-diffuseurs et si vous avez une communauté, des amis auditeurs intéressés par la musique que vous partagez, nous aurons peut-être le plaisir de recevoir et traiter des commandes.
N’hésitez pas à prescrire nos pépites.
Photo Edith Gaudy
L’Âge d’Airain (Rodin) – Photo Edith Gaudy
  • Vous voulez nous joindre ?

    pour votre projet, pour avoir des informations, pour un partenariat ...